Bonjour Clarisse, quel poste occupez-vous aujourd’hui ?
Je suis directeur général adjoint à la médiation inter-entreprises industrielles et de la sous-traitance pour le Ministère de l’Industrie.

Votre parcours en quelques mots ? Quels sont les différents métiers que vous avez exercés depuis vos débuts ?
J’ai fait mes études à Centrale Paris et à l’ENA. Ensuite j’ai été , chronologiquement :
    •    Cabinet Ministre du Commerce Extérieur
    •    Administrateur Délégué de Saitron, filiale italienne du groupe BioMerieux
    •    Vice-Président Business & Research Development.du groupe BioMerieux
    •    Conseiller auprès du Ministre de l'Industrie, des Postes et Télécommunications et du Commerce Extérieur
    •    Membre du Directoire du Consortium De Réalisation Entreprises
    •    Membre du Comex de Marsh
    •    et enfin Chargée de mission auprès du Ministre de l'Industrie.
J'ai très rapidement pris des responsabilités importantes tant en opérationnelle que fonctionnelle. Toutefois, même dans mes fonctions opérationnelles, j'ai toujours veillé à que mes actions constituent un vrai soutien aux opérationnels.

Ressentez-vous le plafond de verre, une discrimination en tant que femme ? Quelles solutions préconisez-vous ?
C'est une réalité qui est très présente dans la vie professionnelle à laquelle j'ai été souvent confrontée. Il y a rarement de discrimination explicite, mais une culture dominante qui, du fait de l'histoire, est principalement masculine.
Il n'y a pas de solution unique, pas de baguette magique. Seule une batterie de mesures peut permettre de briser ce plafond de verre. Les trois axes importants que nous préconisons à Grandes Ecoles au Féminin sont :

  • Une promotion active des femmes avec un vivier régulièrement suivi et des plans de succession qui intègrent systématiquement les femmes ;
  • Le changement des règles du jeu. Ce point est essentiel. En effet, un examen fin des situations montre que les évaluations en entreprise ou dans les administrations favorisent les qualités masculines.
  • Il est important que les entreprises quantifient le sujet et fixent des objectifs quantitatifs, notamment en lien avec les bonus.

Etre Centralienne, en quoi est-ce  un plus dans le monde de l’entreprise ?
Dans le monde politique ? Dans la vie privée ?
Dans l'entreprise, les atouts que je viens de citer + une capacité entrepreneuriale.
Dans le monde politique : soyons honnêtes, les Centraliens ne sont pas le mieux armés pour naviguer dans le monde politique. Mais qui l'est vraiment ! 
Dans la vie privée : sens pratique, transversalité.

À votre avis,  pourquoi les hommes sont-ils plus nombreux dans les métiers d'ingénieur ?
Il y a déjà un phénomène culturel où notre système scolaire a tendance à orienter les filles autrement. Mais il ne faut pas se cacher que l'ingénieur a perdu son aura au cours des dernières années. Mon sentiment est que le problème est plus vaste et est à relier aux pratiques managériales qui sont encore trop traditionnelles : hiérarchisées, cloisonnées, verticales. Le travail en équipe, la transversalité et l'innovation ouverte ne sont pas des valeurs encore largement diffusées dans nos entreprises alors qu'elles sont absolument indispensables pour répondre à la nouvelle donne compétitive et tout à la fois aux aspirations des salariés.

Quels sont les secteurs où on aura besoin d'un plus grand nombre d'ingénieurs, et particulièrement de femmes ?
Tous les secteurs ont besoin de femmes ingénieurs. Il ne faut pas oublier que les consommateurs sont à 50% des femmes. Il faut donc être capable de s'adapter aux besoins et aux aspirations de ce marché.
Que peuvent apporter les femmes dans ce secteur ? 
Les femmes apportent une autre vision, une autre approche ainsi qu'une vision plus pragmatique sur la conduite des projets.

Les femmes devront-elles se battre plus durement qu'ailleurs pour s'imposer ?
Les femmes devront être plus vigilantes, plus actives, plus proactives.

Comment les hommes ingénieurs voient-il/ accueillent-ils les femmes ingénieurs ?
De manière générale, l'avantage des ingénieurs, c'est qu'ils sont objectifs. Il ne faut pas attendre de problème de ce côté. Le vrai sujet est celui des pratiques managériales dans l'entreprise...

Une femme ingénieur peut-elle accéder aux postes de commandements ?
Oui, mais il est indispensable qu'elle soit proactive.

Pensez-vous qu'une ingénieure peut combiner vie privée et vie professionnelle ?
Bien sûr que les femmes peuvent concilier vie privée et vie professionnelle. Premier point : posez- vous cette question à des hommes ? Au-delà, plusieurs réflexions :

  • Les femmes doivent être plus offensives dans leur carrière et ne pas simplement attendre d'être "récompensées". Il faut savoir demander une promotion, de nouvelles responsabilités, une augmentation de salaire
.
  • Il n'est nécessaire d'aller dans des entreprises où les femmes n'accèdent pas ou peu au top management et qui ne prennent pas en compte la spécificité des carrières féminines.
  • Enfin il faut avoir une vision longue de sa carrière : il n'est pas nécessaire de tout vouloir tout de suite.

Arrivez-vous à concilier vie professionnelle et vie privée ? Quels sont vos « trucs »  pour être organisée ?
Grosso modo oui. J'essaie d'être très vigilante à la qualité de la vie familiale et d'être présente pour mes filles. Les enfants ont besoin de présence quotidienne. 
Mes trucs : une grande anticipation ; éviter les mangeurs de temps ; dans les réunions prévoir un ordre du jour, obliger à des prises de parole efficaces.

Etes-vous mariée à un ingénieur ? (vous parlez de quoi le soir ?)
Je ne suis pas mariée à un ingénieur mais à un ancien journaliste qui a monté son entreprise de stratégie en communication. Et j'avoue qu'il est toujours stimulant intellectuellement d'échanger avec quelqu'un qui vient d'un autre horizon et qui a d'autres visions.